La masse monétaire et la monnaie électronique

Advertisements

La masse monétaire et la monnaie électronique :

  • Introduction
  • Les fonctions de la monnaie
  • Les formes de la monnaie
  • La masse monétaire
  • Le terme monétique
  • Les cartes de paiement
  • La monnaie électronique

Introduction :

L’économie contemporaine est monétaire . Les opérations de production , de consommation , d’investissements , d’épargne ne se conçoivent pas sans cet instrument particulier qu’est la monnaie .

Au départ simple marchandise suffisamment universelle pour être acceptée en paiement , la monnaie a aujourd’hui un rôle qui dépasse largement celui d’intermédiare dans les échanges , elle est aussi une unité de compte et un instrument de réserve de valeur .

La monnaie a changé de forme , elle s’est progressivement dématérialisée . Aujourd’hui , la majeure partie de la monnaie est scripturale , c’est-à-dire immatérielle . Pour les échanges , de nouveaux moyens de paiement sont apparus , dont les plus récents sont informatisés .

La notion de masse monétaire évoque la comptabilisation de toutes les unités monétaires . Son périmètre dépend des définitions retenues . Certains placements ont en effet rendu plus floue la frontière entre les actifs monétaires et les autres .

Depuis le 1 janvier 1999 , l’eauro a remplacé le Franc pour un certain nombre d’opération monétaire . Le basculent définitif s’est produit en 2002 avec l’introduction des pièces et billets en euros .

Les fonctions de la monnaie :

La monnaie favorise les échanges :

La fonction première de la monnaie est de servir d’intermédiare dans les échanges Elle dissocie le troc en deux opérations distinctes : marchandise contre monnaie et monnaie contre marchandise Elle permet ainsi d’éviter les inconvénients liés au troc , notamment le risque de blocage de l’échange faute de contractant et les coûts d’attente et de stockage Cependant , la monnaie dépasse souvent ce rôle d’intérmédiare pour devenir l’objet même de certains échanges Par la distribution des revenus , l’épargne , les placements , les marchés de capitaux , la monnaie circule et entraîne de nouvelles opérations

La monnaie améliore la mesure de la valeur :

La monnaie est l’unité de mesure de la valeur . Les prix sont exprimés en monnaie , qui est l’équivalent universel , le numéraire , c’est à dire le bien qui permet de nombrer les autres biens . La fonction d’unité de compte de la monnaie permet d’abondonner le système complexe des prix relatifs et donc de simplifier l’information .

La monnaie peut servir de réserver de valeur :

De par sa fonction d’intermédiare dans les échanges , la monnaie sert de réserver de pouvoir d’achat . En conservant de la monnaie dans leur patrimoine , les agents économiques en font un actif .

Elle se caractérise alors par sa liquidité : C’est l’actif le plus disponible , sans coût et sans délai . La détention d’actifs financiers par des agents économiques permet de satisfaire le besoin de financement des autres . Les institutions financières gèrent la collecte de l’épargne et sa transformation .

Pour les classiques et les néoclassiques , la détention de monnaie est seulement fonction du montant des transactions envisagées . Pour Keynes , au contraire , la monnaie peut être désirée pour elle même . Trois motifs peuvent , selon lui ,expliquer que les agents économiques éprouvent une préférence pour la liquidité : les transactions , la précaution . et la spéculation . Pour Keynes , le taux d’intérêt est une variable déterminant dans l’arbitrage entre les actifs monétaires et les autre .

Au-déla des fonctions économiques de la monnaie , on lui reconnaît également une fonction sociale de canalisation de la violence . En substituant les échanges marchands au pillage et au vol , elle permet de limiter les violences physiques en concentrant les efforts des individus vers la recherche de monnaie plutôt que vers l’appropriation des biens d’autrui .

Les formes de la monnaie :

La masse monétaire et la monnaie électronique

La dématérialisation de la monnaie apparaît dans ses formes successives : monnaies-marchandises , métaux précieux , billets , pièces , monnaie scripturale .

Advertisements

Les premières monnaies , des monnaies- marchandises ( bétail , coquillages , thé …) avaient une utilité et une valeur intrinsèque indépendantes de leur rôle monétaire . Les métaux précieux , inaltérables , divisibles et rares , sont d’abord , sous leur forme pesée , une forme de monnaie-marchandise ( bijoux , vaisselle .. ) . Frappés du sceau de l’autorité , pièces et lingots d’or et d’argent deviennent une monnaie à part entière .

Dès le Moyen Âge , pour limiter le coût et les risques liés au transport d’or et d’argent , les marchands achètent et vendent par inscription sur des comptes . C’est le début de la monnaie scripturale , une monnaie immatérielle faisant intervenir les banquiers , qui reçoivent des moyens de paiements ( virements , traites , puis chèques ) à la disposition des titulaires deces comptes .

Avec les certificats de dépôt d’or apparaît la monnaie fiduciaire , basée sur la confiance vis-à-vis de l’émetteur puisque le moyen de paiement est en papier . Avec la constitution des banques centrales , ils deviendront les billets de banque et finiront par devenir inconvertibles .

Aujourd’hui , la monnaie est essentiellement scripturale : les dépôts à vue dans les banques représentent l’essentiel des moyens de paiement . Les monnaies fiduciaire ( billets ) et divisionnaire ( pièces ) subsistent pour les paiements de faible montant .

Les moyens de paiement en monnaie scripturale sont nombreux . Le chèque connaît depuis quelques années un sérieux recul comme mode de paiement . Les banques tentent de lui substituer des instruments moins coûteux en traitement : cartes , virements , etc. Les moyens de paiement s’automatisent et se dématérialisent au profit de traitements informatiques .

La masse monétaire :

Délimitation de la masse monétaire : Regroupe l’ensemble des formes de monnaie . Elle inclut donc les moyens de paiement : pièces , billets , dépôts à vue , permettant de régler les dettes immédiatement . Cette première définition est aisée et objective . Mais la masse monétaire inclut aussi les actifs liquides , qui répondent à la fonction de réserve de valeur de la monnaie . La délamination est alors plus difficile tant que devenue floue la frontière entre les actifs liquides et les actifs financiers .

Depuis l’introduction de l’euro et la mise en place de la banque centrale européenne , la Banque de France surveille la contribution de la France aux évolotion de trois grands agrégats M1 , M2 , M3 .

L’évolution de la masse monétaire à long terme fait apparaître une montée des actifs monétaires au détriment des formes plus liquides . Les innovations monétaires des années quatre-vingt ont joué un rôle determinant dans cette évolution . A plus court terme , la masse monétaire varie en fonction de l’activité économique . La relation est à double sens : des transactions importantes nécessitent une plus grande quantité de monnaie , une monnaie abondante permet un montant de transaction plus important .

Le terme monétique :

La masse monétaire et la monnaie électronique

Le terme monétique désigne l’ensemble des moyens électroniques et informatiques mis en oeuvre dans les relations monétaires . Il désigne à la fois l’informatisation des transactions ( virements , prélèvements ) mais aussi le développement des moyens de paiement informatiques sous forme e cartes .

Les cartes de paiement :

La masse monétaire et la monnaie électronique

L’utilisation des cartes de paiement est un moyen de plus en plus utilisé . Il permet d’automatiser les paiements aux commerçant , de différer le débit , de supprimer le traitement de supports papier . Mais il ne s’agit pas d’une nouvelle forme de monnaie puisque le siège de la monnaie reste le compte titulaire . C’est donc simplement un moyen de paiement électronique en monnaie scripturale .

La monnaie électronique :

Le projet de porte-monnaie électronique ne relève pas de la même logique . Il s’ agit de cartes à puces prépayées pouvant être utilisées auprès d’un grand nombre de prestataires ( à la différence des cartes téléphoniques ) . Dans ce cas , l’encours stocké en mémoire se distingue de la monnaie scripturale et de la monnaie fiduciaire . On pourrait alors juste titre parler de monnaie électronique .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *