La consommation et le comportement des ménages

Advertisements

La consommation et le comportement des ménages :

  • Introduction
  • Les comportements de consommation
  • L’étude de la consommation globale
  • La structure de la consommation
  • La montée des consommations collectives

Introduction :

La consommation est l’opération économique consistant à acquérir des biens destinés à être détruis immédiatement ou progressivement à travers leur leur utilisation ,

si l’aquisition est destinée à satisfaire directement les besoins d’un ménage , on parle de consommation finale lorsque le bien disparaît dans le processus de production d’un autre , ils’ agit de consommation intermédiaire .

La consommation finale correspond d’abord à un comportement individuel des ménages , mais au niveau global ,

elle constitue en tant que composante principale de la demande une variable macro-économique prépondérante .

Elle dépasse largement le champ strictement économique , les choix individuels font intervenir des critères psychologiques ,

sociaux et culturels …. au niveau global , la consommation peut aussi être considérée comme un phénomène sociologique

Elle prend différentes formes :

marchande quand elle correspond des achats de biens et services publics et peut être collective si :

la consommation par un individu n’exclut pas la consommation par les autres ou individuelle dans le cas contraire .

Les comportements de consommation :

Pour les théoriciens néoclassiques :

les ménages arbitrent d’abord entre l’épargne et la consommation en fonction du taux d’intérêt proposé pour rémunérer l’épargne , plus ce taux est important , moins grande sera la consommation , ensuite chacun effectue ses choix sous la contrainte de son budget , en vue de maximiser sa satisfaction globale

Cela suppose que :

l’individu est rationnel qu’ilpeut établir a priori l’ordre de ses préférence entre les différents types de biens proposés à la consommation , ce calcul pose le prix comme un déterminant essentiel des comportements de consommation

( c’est la loi de la demande décroissante )selon laquelle la consommation est une fonction décroissante du prix .

Les choix d’épargne et de consommation ne sont pas toujours libres et rationnels , l’individu tel que le décrivent les néoclassiques n’existe pas ,

chacun obéit aussi à des pulsions qui peuvent être entièrement dicté par des calculs .

La théorie de la filière inversée de Galbraith fait des producteurs grâce à la mercatique et la publicité ,

les principaux responsables de l’évlution des préférences des consommateurs .

L’observation met en évidence de nouveaux comportements :

le nouveau consommateur serait plus rationnel moins sensible à la publicité mais plus à la qualité véritable des biens te services ,

ainsi qu’à l’empreinte écologique de son propre comportement de consommation .

L’étude de la consommation globale :

La consommation et le comportement des ménages

La fonction keynésienne de consommation :

Keynes cherche à expliquer la consommation globale et attribue au revenu le rôle principale dans sa détermination selon lui ,

la fraction consommée du revenu qu’il appelle propension à consommer , diminue avec l’augmentation du revenu .

La part consacrée à la consommation est de moins en moins grande car les besoins sont progressivement satisfaits et les possibilités d’épargne de plus en plus importantes , la fonction de consommation keynésienne a donc une seule variable le revenu , elle peut s’écrire sous la forme :

C = {( c . R ) + B} avec c < 1 et se présente par une droite .

Des politiques économiques s’en inspireront pour relancer la consommation en agissant sur le revenu :

particulièrement sur le revenu , particulièrement sur les revenus des ménages les plus modestes dont la propension à consommer est plus élevée.

Selon le modèle du revenu permanent de Friedman :

la consommation s’établit non pas en fonction du revenu courant des ménages mais en fonction d’un revenu annuel moyen estimé par l’individu en fonction de ses

anticipations ( étude , revenus futurs ….) .

Advertisements

Le development de la consommation de masse :

durant les décennies de croissance qui ont suivi la seconde guerre mondiale ( les trente Glorieuses ) , la consommation a joué un rôle décisif dans le fonctionnement du modèle Fordien grace au développement de la consommation de masse ,

notamment dans le domaine des biens durables , la demande stimule une production de masse donc la distribution de revenus entretenant ainsi l’augmentation de la consommation .

La ralentissement de la consommation :

La période actuelle laisse apparaître une nette remontée du taux d’épargne et surtout de l’épargne financière au déterminent de la consommation qui se ralentit ,

pour certains il ‘s’agit d’un phénomène psycho-sociologique de saturation , de rejet de la surconsommation ,

d’autres avancent une explication économique liée au niveau globale du revenu , jugé insuffisant pour assurer un niveau de demande satisfaisant .

La structure de la consommation :

La consommation et le comportement des ménages

Lois d’Engel et structure de la consommation :

La loi énoncée par l’économiste Engel au XIX siècle selon laquelle la part de la consommation consacrée à l’alimentation ( le coefficient budgétaire de l’alimentation )

diminue avec l’augmentation du revenu , reste valable .

La faible élasticité de la consommation alimentaire par rapport au revenu était démontrée , d’autre lois également attribuées à Engel sont plus difficilement vérifiables

aujourd’hui , mais on peut effectivement distinguer trois types de consommations :

Celles qui augmentent plus vite que le revenu ( logement , santé , transport , loisirs ) , celles qui augmentent moins vite que le revenu ( alimentation , habillement ,

équipement du logement ) et celles qui augmentent au même rythme que le revenu ( autres biens et services ) .

La dématérialisation de la consommation :

On peut aussi mettre en évidence une tendance à la dématérialisation de la consommation , c’est à dire à une augmentation de la part des services dans la consommation

totale , ils représentent aujourd’hui de 40 % de la consommation .

La réduction du temps de travail , la montée de la demande de services dans les domaines à forte élasticité – revenu ( santé , loisirs , culture , transport ) ,

la marchandisation des activités domestiques contribuent à cette dématérialisation .

La montée des consommations collectives :

Dans la société contemporaine , la collectivité prend en charge un certain nombre de besoins collectifs :

éducation , logement sociaux , routes … lorsque les ménages profitent de ces biens ( il s’agit essentiellement de services ) , on parle consommation collective .

C’est une consommation non marchande puisque les ménages , après avoir payé leurs impôts , utilisent ces services gratuitement au moyennent une participation ne

correspondant pas au coût de production .

La consommation élargie est la réunion des consommations individuelles et es consommations collectives ,

elle est obtenue en ajoutant à la consommation finales des

ménages individualisables des administrations.

L’Etat prend en charge une grande parties des consommations collectives dans certains cas ,

il s’agit de services fondamentalement collectifs , car rendus à la société dans son ensemble .

Dans d’autre cas :

l’Etat propose sous forme collectives des services qui auraient pu être sinon individuels ( éducation , santé ) , su moins marchands ( transport ) .

Les collectivités locales participent également aux consommations collectives dans de nombreux domaines , parce qu’elles en ont la compétence juridique ou parce que plus

près du terrain , elles sont mieux placées pour satisfaire les besoins collectifs ,

ce sont elles qui assurent les prestations collectives ( eau potable , transports publics , équipements culturels et sportifs , logements …) .

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *